Le concept

Une agriculture familiale, solidaire et respecteuse de la terre et de la santé

Un soutien mutuel entre abonnés et producteur

Les légumes de Seb, c’est un projet du type « Agriculture Soutenue par la Communauté » (ASC), un concept né dans les années 1960 au Japon. Le maraîcher s’engage à nourrir les familles avec des légumes de grande qualité, sains et écologiques. Les abonnés soutiennent financièrement l’activité du maraîcher en s’engageant à l’année.

Ensemble, abonnés et maraîcher partagent les périodes d’abondance de légumes, comme les épisodes de pénurie (dûes à la météo, un ravageur,…).

Les abonnés payent un prix juste au maraîcher, calculé sur base de ses charges et du salaire qu’il juge décent pour son activité. On est totalement à l’inverse de la logique du marché !

Un partenariat avec les êtres vivants du sol

Je pratique le maraîchage sur sol vivant : pour qu’une terre soit fertile et fournisse à mes légumes ce dont ils ont besoin pour pousser, il faut qu’elle grouille de vie ! Comme nous, les êtres vivants du sol (vers de terre, collemboles, acariens, bactéries, champignons, etc.) ont besoin de nourriture, d’eau, d’oxygène et … qu’on les perturbe le moins possible !

Le sol est un écosystème à part entière et il appartient au maraîcher de préserver les équilibres naturels. Mes pratiques sont donc basées sur un apport important de matières organiques locales (compost, fumier, paillage,…), très peu voire pas de travail du sol et une consommation d’énergie fossile la plus faible possible.

Un « maraîcher de famille »

« Au cours de votre vie, vous aurez besoin quelques fois d’un médecin, peut-être une fois d’un notaire, mais trois fois par jour, vous aurez besoin d’un agriculteur ».

Pour créer une agriculture durable, il faut un lien fort entre agriculteurs et mangeurs. C’est ce lien qui crée de la confiance sur les pratiques agricoles et de la transparence sur les difficultés du métier.

Les moments d’échange et de partage avec les familles abonnées sont un aspect essentiel du projet !

Une nouvelle approche de l’agriculture

8€/heure

C’est le salaire moyen d’un maraîcher bio en Wallonie.
À ce prix-là, il faut travailler plus de 50 heures par semaine pour gagner 1500€ net/mois.
La solution pour revaloriser ce métier essentiel ? Favoriser la vente directe (où toute la valeur du légume revient au producteur) et calculer le prix des légumes sur la base d’un salaire décent plutôt qu’en termes de « cher ou pas cher ».

43

fermes disparaissent chaque semaine en Belgique depuis ces 30 dernières années.
À ce rythme, il n’y aura plus qu’une seule ferme pour nourrir notre pays en 2030. Il est urgent de soutenir l’installation de jeunes agriculteurs motivés par la promotion de nouveaux modèles d’agriculture familiale solidaire.

75%

des sols de notre planète sont dégradés, à cause de la surexploitation, de l’érosion ou du bétonnage des terres.
Quand on sait qu’il faut plusieurs centaines d’années pour refaire 1cm de sol, on se dit qu’il est nécessaire d’adopter des pratiques agricoles qui respectent et régénèrent les sols.

Comprendre l’état de l’agriculture en Belgique en 30 minutes